Pour éviter de prendre trop de risques, certaines entreprises préfèrent recruter des jeunes ayant déjà une ou plusieurs expériences professionnelles. Pourtant, accueillir un apprenti inexpérimenté peut se révéler avantageux, tant sur le plan de la formation que de la transmission. On fait le point sur la question avec Anne-Céline Ribadeau Dumas, formatrice Proactive Academy.

Accueillir un jeune sans expérience : les bénéfices pour l’entreprise

Entre la théorie et la pratique, il y a parfois un gouffre. « Si, dans un parcours de formation, le jeune ne se confronte à aucun moment au monde de l’entreprise, le jour où il y arrivera en tant que salarié, il sera amputé d’une partie de ses capacités à être opérationnel, à gérer les contraintes du quotidien en condition réelle », explique Anne-Céline Ribadeau Dumas. Pour le jeune, l’apprentissage est une voie privilégiée qui lui permet de s’insérer rapidement dans le monde du travail. Mais quels sont les avantages pour une entreprise ?

Contrairement aux idées reçues, l’inexpérience et la jeunesse permettent une plus grande malléabilité : un jeune qui ne connaît pas le monde du travail n’a aucun élément de comparaison, ni même de mauvaises habitudes… il est donc plus facile de lui transmettre un savoir et des pratiques. Selon la formatrice, les entreprises ont tout à gagner. En effet, embaucher un jeune sans expérience permet notamment :

  • de repérer des profils de personnes à recruter ;
  • de mieux préparer les jeunes au monde du travail et de les rendre opérationnels ;
  • de faire découvrir le métier et le fonctionnement au sein d’une entreprise ;
  • d’avoir des jeunes qui ont un regard neuf, non formaté – leurs questions peuvent permettre aux entreprises de prendre du recul sur leur métier.

Enfin, recruter un jeune inexpérimenté permet de mettre en place le reverse mentoring. Aussi appelé mentorat inversé, ce principe bouscule les méthodes de transmission habituelles : ainsi, un jeune de la génération Y peut devenir le mentor d’un salarié plus expérimenté et former un cadre aux outils numériques ou à l’utilisation des réseaux sociaux. Apparue d’abord aux États-Unis, cette nouvelle manière d’échanger le savoir au sein d’une entreprise est très efficace pour créer du lien et aider les jeunes à avoir confiance en eux !

Pour aller plus loin, retrouvez des conseils pour
favoriser la cohabitation intergénérationnelle

Concrètement, comment accueillir un jeune sans expérience ?

  • Former et intégrer un jeune de manière optimale demande quelques ajustements. Tout d’abord, il faut, en amont, « définir le périmètre sur lequel on veut le faire intervenir », explique Anne-Céline Ribadeau Dumas. Pour laisser au jeune une marge de progression, ce périmètre ne doit pas être trop ambitieux !
  • Pour intégrer un jeune dans une entreprise, il est également indispensable d’identifier le temps et les moyens que cela représentera.
  • En vue de transmettre les pratiques, les méthodes et les savoir-faire de l’entreprise dans de bonnes conditions, il est primordial d’utiliser différents dispositifs : « créer une to do list, mettre en place des outils de suivi afin de visualiser la progression, se servir d’un outil de pilotage global pour répartir la charge de travail et avoir une vision d’ensemble afin de planifier, d’anticiper les besoins et les attentes du jeune… »

Connaissez-vous l’outil GoWizApp ?

Enfin, lorsqu’un jeune quitte les bancs de l’école pour se confronter au monde du travail, de nombreuses questions se bousculent dans sa tête. C’est pourquoi il est important de « prendre le temps d’expliquer, car le jeune peut être perdu face au monde de l’entreprise qu’il ne connait pas. Ainsi, on évite les malentendus et les frustrations ! »

Le tutorat, un rôle essentiel pour un apprentissage réussi

Transmettre, écouter, anticiper, manager… Le tuteur fait le lien entre l’entreprise, la structure de formation et le jeune. Il joue un rôle fondamental dans l’accompagnement d’un apprenti : « il faut avoir une personne référente en charge de la vision globale de la progression du jeune, car cela ne s’improvise pas », explique la formatrice.

Pour vous aider à adopter la bonne posture, à fixer des objectifs, à évaluer et à communiquer avec la nouvelle génération, nos formations au tutorat reviennent sur toutes les connaissances nécessaires à un apprentissage efficace.

Vous voulez en savoir plus sur le sujet ? Vous trouverez dans notre guide pour devenir tuteur de nombreux conseils pour avoir la bonne attitude et savoir quels éléments mettre en place avant l’arrivée d’un apprenti…

Télécharger le guide
 
Merci à Anne-Céline Ribadeau Dumas, formatrice Proactive Academy, pour sa contribution.

Crédit photo : Designed by creativeart / Freepik