Quel avenir pour le secteur de l’industrie ? A une époque où le monde industriel possède une image un peu vieillissante (à tort !) et peine à attirer les apprentis, le Conseil national de l’industrie a publié au mois d’octobre un avis portant sur l’amélioration des interactions entre système éducatif et monde de l’industrie. Il en ressort 6 recommandations pour démarrer un reconquête. En avant toutes !

 

N°1 : Nourrir une dynamique de réindustrialisation de l’économie et de création d’emplois qualifiés par une politique industrielle intégrée.

Ce qui veut dire ? En clair, que face aux départs en retraite dans le secteur et à la mauvaise presse de l’apprentissage qui existe en France, les politiques publiques doivent apprendre à replacer la formation au cœur de son ambition.

 

N°2 : Elaborer une méthode commune ciblant les besoins spécifiques du secteur.

Entre l’Education nationale, les jeunes, et les entreprises dont les besoins évoluent sans cesse, il faut arrêter de se baser sur des simulations mais partir de faits pour établir une référence commune et réaliste.

 

N°3 : Initier un processus qui favorise la prise en compte par le système éducatif et les branches professionnelles des besoins des filières.

En bref, il convient d’organiser davantage de dialogues entre les branches industrielles les comités de structures de filières (CSF) pour contribuer à la définition des contenus de diplômes.

 

N°4 : Penser à une stratégie collective pour donner envie de travailler dans l’industriel

Une recommandation qui passe par le fait de revaloriser l’image du secteur industriel dans la société en créant une signature de marque, en changeant les noms vieillissants, en occupant les réseaux sociaux…

 

N°5 : Construire un maillage territorial adapté à chaque région

Là aussi il convient de favoriser le dialogue avec les acteurs locaux pour connaître leur besoins. Et s’adapter en temps voulu aux manques.

 

N°6 : Faciliter la transversalité entre les CSF

C’est-à-dire répondre à la demande criante d’un socle commun aux formations industrielles pour permettre des passerelles de compétences selon les besoins.

 

Cliquez ici pour consulter l’avis en détails !