A force d’efforts, vos étudiants ont décroché leurs premiers pas vers la vie active : un entretien d’embauche ! Mais loin d’être tout sourire, c’est pour l’heure le trac qui leur noue l’estomac. Et si votre rôle passait aussi par la transmission d’une bonne gestion de ce stress ?

 

Explorer son trac

Si l’on comprend aisément qu’un entretien puisse être stressant, il peut être utile pour le jeune d’en savoir plus sur ce trac : que ressent-il ? Comment se manifeste-t-il physiquement ? Quel en est le déclencheur ? En sachant ce qui déclenche sa peur, il sera possible de trouver une parade, une façon de se détendre…

 

Apprendre à se sentir légitime

Alors qu’ils ont bien travaillé pour en arriver là, les jeunes étudiants sont soudain bien négatifs : pourquoi seraient-ils pris à la place de quelqu’un d’autre ? Un des points importants consiste à leur remettre les pieds sur terre et légitimer leur réussite : s’ils ont obtenu cet entretien, c’est que leur CV est intéressant, qu’ils ont les aptitudes pour être de bonnes recrues. A eux de compter leurs points forts, ils en ont !

 

Connaître son sujet par cœur

Le trac surgit bien souvent quand on ne maîtrise pas une situation. La meilleure parade ? Connaître son sujet à fond. L’entreprise dans laquelle on postule, sa place sur le marché, mais aussi les atouts de son propre parcours. A partir de ces connaissances, il faut alors s’entraîner, et s’entraîner encore, jusqu’à ce que le sujet de l’entretien soit naturel (ou presque).

 

Se tourner vers la relaxation

Physiquement aussi, il y a des solution au trac. Et la plus simple reste encore de trouver une façon de se détendre avant le grand moment. Respirations intenses, petits exercices de relaxation ou activité physique pour se défouler… Invitez donc vos étudiants à faire bon usage d’internet, qui regorge de conseils pour se relaxer. A tester bien évidemment avant pour découvrir la méthode qui fonctionne pour eux !

 

Source de l’image à la Une : Flickr-CC (Mitchell Joyce)