À 41 ans, Nathalie Danion intervient au sein de la licence professionnelle « Qualité Hygiène Sécurité Santé Environnement » de l’IFRIA Bretagne, centre d’apprentissage et de formation continue dans les entreprises alimentaires. Il y a quelques semaines, l’école a hébergé dans ses locaux une formation à destination des jeunes en recherche d’entreprise, organisée par la Proactive Academy. En effet, la Proactive Academy intervient dans de nombreuses régions en dehors de l’Île-de-France. Retour sur une expérience amenant quelques clés de réflexion.

Nathalie-DanionNathalie Danion, pourquoi avoir travaillé avec la Proactive Académy ?

L’intervention de la Proactive Academy pouvait être intéressante pour nous, dans le sens où certains de nos jeunes en recherche d’entreprise pour des alternances rencontraient des difficultés dans leurs recherches, ne parvenaient pas à décrocher d’entretiens. La formation, prévue sur deux jours à la mi-juillet tombait donc à pic, pour anticiper une éventuelle rentrée en septembre.

Quel était le programme de cette formation ?

Le but était de revenir avec les futurs alternants sur les méthodes de recherche d’entreprise. Il s’agissait finalement d’un entraînement intensif à la prospection par téléphone.

Et quel bilan peut-on en tirer aujourd’hui ?

Le formateur présent est parvenu à leur faire intégrer des automatismes. En tout premier lieu, on note que les jeunes ayant suivi la formation de la Proactive Academy ont appris comment rendre leur recherche sur internet plus efficace. C’est assez troublant, mais les jeunes générations, qui passent pourtant énormément de temps quotidien sur la toile, ne savent pas toujours se servir de l’outil lorsque l’on entre dans la sphère professionnelle. Dans un deuxième temps, les futurs alternants ont pu se familiariser avec la démarche téléphonique. Ils sont souvent bloqués à cette étape du standard, et peinent à convaincre les employeurs de leur accorder un entretien. Ils ont pu améliorer leur présentation, pris de l’assurance, et fini par décrocher les entretiens tant espérés.

Ont-ils pu travailler d’autres points au cours de cette formation ?

Oui. Au cours de la deuxième journée, le formateur a accordé un temps au travail des CV. Enfin, au re-travail, pour être précis. Là aussi, on se rend compte que nos jeunes ont parfois des difficultés à créer des CV parfaits. La formation leur a permis de peaufiner, et de ne laisser aucun détail au hasard.

En résumé, diriez-vous que cette formation de la Proactive Academy fut une bonne expérience ?

Je crois qu’on peut le dire oui. En nous plaçant du point de vue des futurs alternants, cela parait clair : la formation a eu lieu à un moment de l’année qui n’est pas forcément le plus évident pour parvenir à contacter des employeurs. Pourtant, des entretiens ont été décrochés, preuve que le travail a porté ses fruits.

 

Jean-Baptiste, étudiant : “J’ai vaincu mon appréhension”

Jean-Baptiste-RoodlerJean-Baptiste a 25 ans, et souhaite intégrer un CAP boucherie. Dans le cadre de sa recherche d’entreprise, il a suivi deux jours de formation conduits par la Proactive Academy. Jusqu’ici timide et réservé, le jeune homme est parvenu à dépasser ses craintes : “Avant de démarrer cette formation avec la Proactive Academy, j’avais un peu peur de me retrouver face à quelqu’un qui nous serve son discours durant deux jours. Et en fait pas du tout. Le formateur nous a vraiment accompagnés pas à pas, pour nous permettre d’intégrer une méthode de recherche qui fonctionne vraiment. Avant cela, lorsque je décrochais mon téléphone pour appeler une entreprise et essayer d’obtenir un entretien, je ne savais pas du tout comment m’y prendre. Parfois, même, j’oubliais carrément de me présenter. Toutes les simulations que l’on a pu faire avec le formateur m’ont beaucoup aidé, et par la suite, de nombreux chefs d’entreprises ont accepté de me rencontrer. L’assurance que j’ai prise, ainsi que la méthode que j’ai acquise vont me suivre tout au long de ma carrière professionnelle.”