Les Compagnons du Devoir ont opté pour l’utilisation de la démarche proactive : l’outil TrouveTonEntreprise est aujourd’hui déployé dans quatre régions de France. Pour en savoir plus sur les résultats de cette démarche, nous avons cherché à connaître le ressenti de Jason Pouly, prévôt des Compagnons du Devoir de Strasbourg, ainsi que celui d’Yvon Cosmo, Responsable Régional Grand Est du placement des jeunes au sein des Compagnons du Devoir.

À lire également : Corinne Moreau nous parle de TrouveTonEntreprise au lycée

 

Jason Pouly, de quelle manière accompagniez-vous les jeunes avant d’opter pour une démarche proactive ?

Jason Pouly, prévôt des Compagnons du Devoir de StrasbourgLes jeunes émettaient le souhait de rejoindre les Compagnons du Devoir mais avaient besoin d’aide lorsqu’il s’agissait de démarcher une entreprise. Ceux qui résidaient à la maison des Compagnons étaient plus facilement accompagnés.

Quelles difficultés rencontriez-vous ?

Étant donné que les jeunes viennent d’un peu partout en Alsace – voire d’ailleurs en France – pour se former, nous avions un problème de distance. C’est très compliqué au niveau géographique… Le problème, c’est que parmi les non résidents, il y avait toujours un pourcentage de jeunes qui avaient du mal à trouver une entreprise : ils étaient très vite découragés.

Découvrez aussi : Insertion professionnelle, zoom sur les 3 leviers de la réussite

 

Comment la méthode proactive est-elle mise en place ?

Nous utilisons la méthode proactive et l’outil TrouveTonEntreprise avec des jeunes que nous avons recrutés.

Dans notre processus de recrutement, ces jeunes sont conviés à une demi-journée d’information suivie d’entretiens individuels. Si le jeune est recruté, il reçoit un mail de confirmation avec l’accès aux outils de Proactive Academy afin de pouvoir commencer à suivre les différents modules. Bien sûr, l’accès aux outils n’est donné qu’aux jeunes n’ayant pas encore trouvé d’entreprise. De notre côté, nous avons un regard sur eux afin de pouvoir mieux les accompagner.

Une fois les sept premiers modules réalisés, ils sont conviés à une journée d’atelier dans la maison des Compagnons du Devoir de Strasbourg où, ensemble, nous pouvons affiner leurs méthodes de recherche et, surtout, les accompagner dans la mise en œuvre de ces méthodes.

Qu’est-ce qui a changé avec cette nouvelle démarche ?

C’est surtout au niveau de l’accompagnement des jeunes que ça a évolué. Les jeunes se sentent beaucoup plus impliqués, que ce soit au niveau de la recherche, de la formation ou de leur avenir. Lors de leur journée d’atelier, nous les voyons vraiment évoluer. Même si une journée, ce n’est pas grand-chose, nous voyons qu’ils sont clairement plus à l’aise dans la communication, la façon d’aborder les entreprises…

Quels sont les résultats de la méthode proactive ?

Nous avons eu des retours lors de la journée d’atelier. Pendant la matinée, nous nous centrons sur la technique puis les jeunes appellent les entreprises l’après-midi. Il est vrai que les premiers appels sont toujours plus compliqués, mais au fur et à mesure que l’on avance dans la journée, nous les voyons se libérer de leurs craintes.

La plupart du temps, cela fonctionne et les jeunes peuvent échanger avec des employeurs. Pratiquement tous les jeunes ont eu de bons contacts avec des entreprises. Certains ont même décroché un contrat d’apprentissage juste avec un appel. Généralement, ils ont au moins un rendez-vous en entreprise ou téléphonique.

Quels sont les retours des jeunes ?

Ils sont très contents car ils sont valorisés. Grâce à cette méthode, ils arrivent à se faire entendre et, surtout, à intéresser l’entreprise. Certains jeunes m’appellent pour me dire qu’ils ont trouvé une entreprise grâce à l’un des modules de la formation.

Et comment les entreprises réagissent-elles ?

Ce qui est sûr, c’est que les entreprises sont très surprises ! Elles n’ont pas l’habitude de ce système.

Un jour, un jeune a téléphoné à une entreprise de couverture ; l’employeur était en train de travailler sur un toit, nous l’entendions poser des tuiles. Pourtant, il s’est vraiment intéressé au jeune : il y a eu un super échange, c’était vraiment très intéressant. Il y a vraiment de bons retours.

Pour le moment, cette méthode fonctionne bien. C’est super car nous allons pouvoir accompagner plus de jeunes pour qu’ils trouvent une entreprise malgré la distance !
 

[su_note note_color= »#8bbf48″]

Yvon Cosmo, pouvez-vous évoquer également votre expérience avec Proactive Academy ?

Nous avons fait appel à Proactive Academy car nous nous sommes rendu compte que les jeunes avaient besoin de plus d’aide dans leur recherche d’entreprise… Nous les accompagnions, mais nous n’étions pas forcément derrière eux, à vérifier s’ils appelaient les entreprises ou s’ils savaient comment s’y prendre, entre autres. Depuis que nous utilisons TrouveTonEntreprise, nous sommes tranquillisés. Le dispositif nous permet de les accompagner, et pas seulement dans le cadre d’entretiens comme nous le faisions avant. Les retours des jeunes sont très positifs ! Ce qui est génial, c’est qu’il y en a qui ont réussi à avoir des entretiens dans des entreprises qui ne prenaient plus d’apprentis, ce qui est plutôt impressionnant !

Comment les entreprises réagissent-elles ?

Travailler avec les outils de Proactive Academy permet de professionnaliser réellement les jeunes. Ces derniers sont dans une démarche qui est assez nouvelle pour eux. Les patrons des entreprises sont agréablement surpris par les jeunes qui viennent les solliciter pour trouver un contrat d’apprentissage.[/su_note]

Découvrez aussi tous nos retours d’expériences !

Merci à Jason Pouly et Yvon Cosmo pour ces retours d’expérience.

Crédit photo : Fotolia