Permettre aux jeunes apprenants de se confronter à la vie professionnelle n’est pas toujours facile. Intimidés, parfois dissipés, ils ne saisissent pas toujours l’enjeu des conseils pratiques. Heureusement, le serious game leur permet de s’entraîner de façon ludique. Un vrai plus dans une formation.

 

Un outil pour jouer ou pour travailler ?

 

Et bien les deux ! Et c’est tout l’intérêt. Le serious game, (« jeu sérieux » si l’on traduit en français), est un logiciel, qui combine une intention sérieuse (une prise de conscience, une attitude à acquérir) à des ressorts ludiques. C’est-à-dire que sous des aspects de jeux vidéo, l’utilisateur apprend les codes dans une situation, elle, bien réelle. De fait, l’apprenant apprend… sans même s’en rendre compte. Le serious game est donc particulièrement adapté aux contextes de formation, de simulation et de communication, dès qu’il est nécessaire de se confronter à la réalité. Il permet d’évaluer en douceur l’application des acquis.

 

Trois avantages bien concrets

 

Trois avantages majeurs ont vu le jour avec le serious gaming :

 

Tout d’abord, dans la forme du serious game, le formé devient acteur de sa propre formation. Il n’est plus l’élève, parfois passif, qui suit un cours. Face au logiciel, il fait face à une situation, et doit faire des choix, participer, répondre. Tout cela le mène à rester alerte en permanence. Et de fait, en agissant lui-même, il mémorise au mieux la situation.

 

Vient ensuite un effet « booster » de la motivation de l’apprenant. Car, même si la finalité est bien sérieuse, le jeune se trouve devant un jeu. Et qui dit jeu, dit curiosité, intérêt, et même plaisir ! Devant un programme ludique, le « joueur » adopte une posture plus audacieuse : il se met dans la peau de quelqu’un d’autre, il se prend au jeu de la compétition… Et tout cela lui donne envie de se perfectionner dans l’exercice.

 

Enfin le serious game permet au jeune de mieux appréhender l’erreur, sans crainte du rejet. Il n’est pas réellement exposé, ne prend pas de « risques » inconsidérés. La cadre du jeu lui permet de dédramatiser la situation : s’il échoue, il n’a qu’à retenter sa chance. De fait, il n’est pas rare de voir les apprenants se lancer des défis, de tenter des choses qu’ils n’auraient jamais fait dans la vie et de trouver de nouvelles tactiques par eux-mêmes.

 

Le serious game façon Proactive Academy

 

Conscient de ces avantages, Proactive Aacademy met à disposition des formateurs un serious game en 3D autour de l’emploi. Celui-ci propose aux apprenants la mise en scène interactive de la recherche proactive d’entreprise. Le jeune doit alors mettre en pratique ce qu’il a vu en formation pour prendre contact et échanger avec l’entreprise fictive. Double enjeu, celui-ci lui permet de s’entraîner, mais permet également aux formateurs d’évaluer le niveau d’acquisition de l’apprenant pour améliorer leurs formations.

 

Le serious game amène avec lui une nouvelle pratique pédagogique qui allège la formation. Pour autant, il entraîne avec lui l’acquisition solide de savoirs pratiques pour le monde réel. Il serait dommage de s’en passer.