Ils sont nés avec une connexion en main, et pourtant, les « digital native » ont toujours du mal à envisager internet comme outil professionnel. Quand on sait que la majorité des recruteurs vérifient l’e-reputation de leurs candidats, sensibiliser les jeunes aux enjeux professionnels d’internet devient une mission !

Internet, allié ou ennemi ?

Un candidat qui s’illustre par un CV original et viral, un autre qui perd pied à cause d’une photo un peu trop festive… La façon dont on gère son « identité numérique » peut avoir bien des impacts, positifs comme négatifs, dont ne sont pas toujours conscients les jeunes apprentis. Il faut dire que malgré leur aisance à communiquer et à mettre à jour leur profil en live, ils gardent un schéma « traditionnel » du monde professionnel : ils cherchent leur stage et employeurs dans leur entourage. Pourtant, internet offre une vitrine beaucoup plus vaste sur le monde du travail dont il serait idiot de se priver. A condition de ré-ajuster leur utilisation.

L’e-reputation, à nettoyer d’urgence

La première notion à laquelle les sensibiliser est sans aucun doute l’e-reputation. C’est-à-dire ce que l’on trouve sur eux (et l’idée qu’on se fait alors) à la simple recherche de leur personne (le passe temps favori chez les recruteurs !). Et oui, sur l’instant, le jeune n’a pas forcément conscience que son commentaire « politique » ou son « selfie » laissera une trace future. Pourquoi ne pas les inviter alors à se « Googliser », pour déterminer ce qu’il reste d’eux en ligne ? Ensuite, place au nettoyage : commentaires, photos, participations à des groupes… mieux vaut neutraliser tout ce qui ne cadre plus avec la recherche présente. Ils plaident en faveur d’une vie privée ? Elle reste possible… en configurant l’accès aux comptes à un public restreint. Ensuite, il ne s’agit pas de ne plus rien dire, mais de trouver le juste milieu correspondant à l’identité numérique recherchée, et de rester dans un élan positif.

La visibilité, à construire astucieusement

Si internet peut ternir une réputation, fort heureusement il peut également décupler les chances de l’apprenti de se faire remarquer, dans le bon sens. Pour cela, ça tombe bien pour lui, les réseaux sociaux sont idéaux. Facebook en tête ? Pas vraiment. Les publications, bien trop nombreuses, noient le poisson. Mais c’est le moment de penser aux autres : Twitter, Pinterest, ainsi que les réseaux professionnels Viadeo et Linkedin. Et de rester actif comme ils savent le faire en privé : relayer des informations sur le thème pro de son choix, suivre des entreprises, commenter leurs actualités… Bref devenir acteur du marché visé.

Autre méthode en ligne : la conception d’un site ou d’un blog pour mettre en scène son savoir-faire. Mais devant l’abondance du genre, mieux vaut viser la qualité. En revanche, un tel site peut tout à fait figurer sur un cv.

 

Enfin, le jeune apprenti peut aussi s’orienter vers une Cvthèque en ligne pour gagner en visibilité et en modernité. Sur Doyoubuzz, il créera son CV à son image, et pourra le publier facilement sur plusieurs réseaux. A savoir également que plusieurs Cvthèques spécialisées par domaine sont désormais en ligne. Ne reste plus qu’à oser.