Gildas Levesque : « Le tutorat est autant l’occasion de transmettre notre savoir à un apprenti que d’apprendre de lui »

2 septembre 2015 | Retours d'expériences | 0
formation-tutorat-proactive-academy-interview-gildas-levesque

Gildas Levesque, chef de projet SIG au sein du Syndicat des Eaux d’Ile-de-France (SEDIF), le plus grand service public d’eau en France, a accueilli son premier apprenti en entreprise en septembre 2014. Pour l’aider à bien accueillir ce jeune, Ingénieurs 2000, fédération d’établissements d’enseignement supérieur, et la Proactive Academy ont proposé au tuteur novice une formation complète sur le tutorat d’apprenti. Gildas Levesque a accepté de partager avec nous son expérience de cette formation.

En quoi consistait cette formation de tuteurs pour apprentis et qu’en attendiez-vous ?

Gildas-Levesque-interview-ProactiveAcademyDans mon cas, il s’agissait de la « formation des tuteurs ingénieurs » avec pour objectif d’accueillir au mieux un apprenti. C’était la première fois que je recevais un apprenti. Cette formation était donc l’occasion d’en savoir plus sur la façon dont les choses doivent se passer, quel serait mon rôle en tant que tuteur, ce que l’on attendrait de moi mais aussi à quels types d’échanges m’attendre avec l’apprenti, son école…

J’avais des questions qui me préoccupaient pour accomplir correctement cette mission de tuteur et j’ai saisi l’opportunité d’obtenir une aide et des conseils précieux.

Comment s’est déroulée la formation ?

J’ai assisté à plusieurs modules qui se déroulaient sur deux journées complètes en groupe de 5 à 6 personnes, et une demi-journée dans les locaux de mon entreprise :

Le premier jour

Il s’agissait d’une journée consacrée aux fondamentaux du tutorat avec un aspect psychologique pour apprendre aux professionnels à bien communiquer avec leur apprenti et présenter les missions au jeune, mais aussi faciliter son intégration au sein de la structure. Nous avons également détaillé les besoins de la convention d’apprentissage comme la définition des rôles de chacun, la présentation de ce qui est attendu de l’apprenti, de l’école et de l’entreprise. Pour mettre en application les conseils donnés pendant la formation, nous avons participé à des jeux de rôle, des mises en situation.

Le deuxième jour

Cette fois, la session était dédiée à l’accompagnement des tuteurs et aux outils et pratiques à utiliser durant l’apprentissage. Il nous a été expliqué comment concevoir les missions du jeune pour permettre une bonne progressivité sur ses trois ans d’apprentissage. Nous avons également été formés à l’outil internet que nous devons utiliser en tant que tuteurs pour effectuer le suivi de l’apprenti et son évaluation. Nous avons aussi pu voir plus concrètement comment se déroule l’évaluation d’un apprenti.

La demi-journée

Un intervenant de la formation est venu à ma rencontre dans les locaux de mon entreprise pour voir concrètement comment bien mettre en place l’apprentissage et faire un retour sur la première phase d’accueil du jeune. Nous avons pu faire le point sur mes difficultés et la mise en pratique de la formation.

Qu’est-ce qui vous a plu dans cette formation ?

J’ai personnellement été ravi de pouvoir échanger en comité restreint sur les problématiques de tutorat. Les jeux de rôle et mises en situation permettent de bien assimiler les techniques de communication et les attentes des jeunes.

Le gros point fort pour moi était aussi le fait d’être au contact de professionnels qui avaient déjà fait l’expérience du tutorat à plusieurs reprises. J’ai pu échanger avec eux, en apprendre davantage sur les difficultés que l’on peut rencontrer et quels enseignements en tirer. Par exemple, un tuteur expérimenté a insisté sur le fait qu’il faut bien garder en tête le fait qu’un apprenti est encore à l’école et que l’on ne peut donc pas attendre autant de lui que d’un employé. D’autres tuteurs ont expliqué qu’il vaut mieux bien prendre le temps de définir les missions avec l’apprenti et toujours communiquer avec lui pour le mettre à l’aise ; d’autres encore ont évoqué l’importance d’échanger avec l’apprenti lors de son évaluation afin de mieux cibler ses points de progression, mais aussi mettre en avant ses points forts.

Comment mettez-vous en pratique ce que vous avez appris ?

J’ai bien saisi l’importance de la communication dans cette situation. Echanger avec le jeune, connaître ses attentes pour pouvoir adapter les missions à ses compétences, à ses envies mais aussi aux besoins de l’entreprise. Mais j’ai aussi compris que l’accueil réservé à l’apprenti dans l’entreprise joue un rôle capital. Une bonne intégration au sein de la structure lui permet de bien se positionner et de se sentir reconnu au même titre qu’un employé : de quoi lui donner confiance pour la suite !

Je pense que la formation m’a permis de mieux gérer et suivre mon apprenti. Au départ, j’avais proposé des missions un peu trop complexes pour un débutant, mais j’en ai pris conscience au cours de la formation et j’ai rectifié le tir. Maintenant, avant chaque phase de présence en entreprise du jeune, je prépare sa venue via internet pour lui expliquer les missions que nous allons lui confier et ce qui sera attendu de lui. En fin de mission, je prends également le temps de réaliser son évaluation en en discutant avec lui afin de réajuster les missions par la suite, pour qu’elles lui soient mieux adaptées.

Que pensez-vous de cette formation pour tuteurs ?

J’ai vraiment trouvé cette formation intéressante. Comme le disaient d’autres tuteurs, le tutorat est autant l’occasion pour nous de transmettre nos connaissances à un apprenti que d’apprendre de nouveaux savoirs du jeune, c’est un réel échange qui doit être mis en valeur.

Si je n’avais pas suivi cette formation, je pense que j’aurais voulu proposer des missions soit trop en lien avec la théorie du programme scolaire, au lieu d’immerger le jeune dans nos projets, soit des missions d’un niveau trop élevé. Je sais maintenant que la première année de présence de l’apprenti doit être consacrée à son intégration, son accueil, pour qu’il se sente bien et comprenne bien les rôles de chacun de ses interlocuteurs dans l’entreprise, qu’elle soit privée ou publique. Le but pour nous, tuteurs, est de réussir à rendre l’apprenti autonome, opérationnel pour le marché du travail.

Cette formation, créée par Ingénieur 2000 sur la base de travaux R&D et de son expérience de 25 ans d’apprentissage ingénieur, réalisée en partenariat avec Proactive Academy, a donc été riche en enseignements pour Gildas Levesque, qui explique se sentir à présent beaucoup plus à l’aise dans l’exercice de sa fonction de tuteur et qui s’estime tout à fait prêt à renouveler cette expérience avec d’autres jeunes.

Télécharger notre Guide : « 7 clés pour un être un bon Tuteur » 

 

Laisser un message