Accueillir un apprenti, organiser son poste de travail, veiller au bon déroulement de l’acquisition des savoirs, vérifier l’acquisition des compétences… Les CFA attendent des entreprises qu’elles deviennent de véritables guides pour les jeunes : disponibilité, pédagogie et adaptabilité sont les maîtres mots d’un apprentissage réussi !

S’adapter aux besoins des structures de formation, un enjeu essentiel

Pour limiter les ruptures de contrat

Les ruptures de contrats d’apprentissage sont vécues comme un échec par le jeune, le centre de formation et l’entreprise. Elles représentent une perte de temps et d’énergie qui peut être évitée avec un véritable suivi mis en place dès le début de l’alternance. Le manque de communication, d’activité formatrice et l’absence de programme d’intégration sont les causes de nombreuses ruptures !

Pour soigner l’image de l’entreprise

Les entreprises qui connaissent trop d’abandons ou de mauvaises expériences risquent de se faire black-lister par les structures de formation. Ces dernières veillant au bon déroulement de chaque contrat d’apprentissage, elles peuvent être amenées à déconseiller une entreprise aux futurs apprentis et à ne plus la valoriser lors des différents événements auxquels elle participe.

Comment s’adapter aux attentes des structures de formation ?

1/ Se montrer disponible

Lorsqu’un jeune apprenti s’engage à travailler pour l’entreprise qui l’accueille, il n’a pas le même statut qu’un salarié ayant de l’expérience : un suivi régulier doit être mis en place pour le former. Votre entreprise doit donc créer une relation de confiance avec sa structure de formation, que ce soit par l’intermédiaire d’échanges téléphoniques ou en présentiel. Sans oublier que le maître d’apprentissage doit être à l’écoute pour répondre à toutes les interrogations de l’apprenti, même les plus naïves !

2/ Faire preuve de pédagogie

Un apprenti acquière de l’expérience professionnelle tout en continuant à se former : c’est seulement au fil des semaines et des mois qu’il deviendra totalement opérationnel. Pour lui permettre d’apprendre sereinement, il est donc important que l’entreprise soit garante d’une formation de qualité. Pour cela, le tuteur joue un rôle essentiel : il doit encadrer, manager, s’adapter et transmettre en étant pédagogue.

Découvrez le guide pour devenir tuteur !

3/ S’adapter et rester à l’écoute

Le management d’un jeune est une mission bien particulière. Il faut réussir à l’intégrer dans une équipe, tirer profit de la cohabitation intergénérationnelle en créant du lien – notamment grâce au reverse mentoring –, transmettre son savoir-faire et son savoir-être, tout en restant attentif aux signes de décrochage. S’adapter en permanence et rester à l’écoute est donc indispensable !

Être en adéquation avec les attentes des structures de formation n’est pas seulement bénéfique pour l’apprenant. Cela permet à votre entreprise de tirer le meilleur de l’apprentissage, de pérenniser la relation et de miser sur l’avenir !

Crédit photo : Designed by mindandi / Freepik