On parle de reverse mentoring – ou de tutorat inversé – lorsque les plus jeunes éléments d’une entreprise forment de manière informelle leurs aînés, notamment dans le domaine des nouvelles technologies. Ces nouvelles recrues adeptes du numérique peuvent ainsi représenter une précieuse ressource pour les entreprises. François Gabaut, formateur chez Proactive Academy, revient sur les avantages du reverse mentoring !

Quelle est la place du reverse mentoring dans le cadre du management intergénérationnel ?

Même s’il s’agit d’un rapport gagnant-gagnant, la transmission des compétences via les nouvelles générations n’a rien d’officiel et n’a donc aucune reconnaissance. En effet, des entreprises mettent en place un tutorat classique et saisissent de manière informelle l’opportunité d’échanger des savoirs, connaissances et compétences avec les jeunes.

Le tutorat officiel est porté par la législation, une culture et des habitudes – car les jeunes sont accueillis dans le cadre d’un contrat. Pour le tutorat inversé, c’est tout le contraire : il serait donc compliqué de l’officialiser !

Quels sont les avantages du reverse mentoring ?

Certains tuteurs ont la volonté d’intégrer des jeunes pour leur inculquer un savoir-faire avant d’apprendre d’eux : ils ont bien compris que collaborer avec la jeune génération pouvait enrichir les compétences des employés.

Certaines entreprises sélectionnent d’ailleurs des profils spécifiques, en sachant que ces jeunes ont des connaissances à apporter à l’entreprise en échange de l’accompagnement et du savoir-faire qu’ils y reçoivent. Pourtant, cette pratique reste à la marge, car non institutionnalisée.

En quoi cette méthode est-elle un véritable atout ?

Les jeunes recrues apportent non seulement certaines connaissances, mais aussi une démarche plus fraîche grâce à leur dynamisme, leur regard neuf et leurs compétences en devenir. L’entreprise peut également se reposer sur leur maîtrise des réseaux sociaux.

Intégrer les jeunes de manière active grâce au reverse mentoring permet non seulement de bénéficier de leurs connaissances, mais aussi de faciliter l’installation d’une forte cohésion au sein des équipes. Cela motive les jeunes de la génération Y en donnant davantage de sens à leur travail.

Le reverse mentoring favorise-t-il, ainsi, l’intégration de la génération Y ?

Une entreprise qui choisit d’accueillir des alternants est une entreprise qui fait preuve d’ouverture et de générosité. Cependant, il y a différents types d’alternants : certains communiquent avec facilité, d’autres sont plus timides. Le tutorat inversé peut favoriser l’intégration de tous les types de personnalités si une volonté d’échange existe des deux côtés.

Découvrez aussi comment favoriser la cohabitation intergénérationnelle

Comment l’instaurer au sein de l’entreprise ?

Les entreprises doivent mettre en place un management participatif en formant leurs tuteurs. Cette pratique repose sur l’échange et la communication dans la relation entre le tuteur et le jeune alternant. Si ce rapport est sain et que le tuteur est à l’écoute, le jeune va se sentir à l’aise et faire des propositions qui dépassent ses obligations initiales !

Nous remercions notre formateur François Gabaut pour son expertise sur le sujet. Afin de vous aider à mieux intégrer vos jeunes apprentis et tirer le meilleur du reverse mentoring, nous avons mis au point une formation spécifique : découvrez notre formation tuteur – maître d’apprentissage !
 

Crédit photo : Designed by mindandi / Freepik